Ode aux clubs vidéo – Par Vanessa

Croyez-le ou non, avant le Netflix and Chill, avant iTunes et Tou.tv, avant les stream piratés et les torrents sur LimeWire, il y avait, et ça ne fait pas si longtemps, des endroits comme le SuperClub Vidéotron, Vidéo Éclair et Vidéo International : LA réponse à nos vendredis soirs.
iii les jeunes, vous ne comprendrez jamais ce bonheur!

Tonnes de copiesLa vérité, c’est qu’une visite au club vidéo, c’était une aventure en soi! Une aventure que nos enfants ne connaîtront jamais. Et ça, c’est affreusement triste!

Premièrement, il n’y avait aucun moyen de prédire si le film que tu voulais tant louer allait être dispo. Même si un certain club dont je tairai le nom se vantait d’avoir des tonnes de copies, des tonnes de copies, des tonnes de copies (biz). Tu veux voir le nouveau Frissons? Lève-toi de bonne heure mon p’tit pet!

Trouver une copie de la nouveauté de la semaine, c’était le rush d’adrénaline ultime. En entrant dans le magasin, tu l’avais déjà dans ta mire. Le focus toi chose! Pas de bonjour au commis; Désolée Jonathan, pas l’temps pour ça! Si y’avait une seule occasion de sortir ta plus belle marche rapide les fesses serrées, c’était ben là! Tu approches, tu y es presque! Un petit tour d’horizon pour voir s’il n’y avait pas d’ennemi en vue. Tsé le maudit fatiguant qui se faufilait juste devant toi à la dernière minute pour saisir LA SEULE copie restante… Voilà, t’es là! Tu bondis, tel un lion sur sa proie, sur ton boitier chéri (parfois, ce n’était même pas un boîtier, mais qu’un vulgaire jeton avec du velcro… Ça, c’est une autre histoire!)! Victoire! À moi Frissons 3! Un vent de fierté incroyable t’envahissait à cet instant précis… (Jusqu’à temps que tu te rendes compte que Frissons 3, c’est le pire film de la série. Amère déception!)

57bb48dd180000ad02bcc582

Crédit : Anne Geddes

Maintenant, laisse-le surtout pas traîner sur un coin de tablette pendant que tu regardes les laminés louches à vendre! (flip) L’affiche de Titanic, (flip) Les bébés d’Anne Geddes dans des fleurs, (flip) Bruce Willis en camisole, (flip) Les 7 merveilles du monde en femmes toutes nues…

Oui, oui maman, juste 1 film… Ta chère mère savait très bien que tu allais revenir avec 3-4 films en location 24 h et que tu allais devoir passer une nuit blanche pour tous les écouter pour éviter les frais de retard! Aaah, ces chers frais de retards! Pas mal sure qu’en cumulant tous les frais de retards impayés des Québécois, on pourrait clearer la dette provinciale!

On peut-tu se parler du popcorn de ces places? Tsé le jaune ultrafluo là? Celui juste à côté de la machine à gommes te promettant une location gratuite? Tu le vois? Je ne sais pas quelle sorte de poudre magique ils saupoudraient sur ça, mais j’en bave juste à y penser! S’il avait fallu que je travaille dans un club vidéo dans le temps, le Québec aurait vécu une terrible pénurie de maïs à éclater…

Honnêtement, les clubs vidéos représentaient beaucoup plus que de simples magasins de location de films. C’était pratiquement des centres communautaires, des hot spot du vendredi, qui tournaient autour de l’amour du cinéma! Un voisin, un ami, ton kick du primaire; tu allais croiser quelqu’un que tu connaissais, c’était immanquable! Tu ne savais pas si le film que tu avais choisi était vraiment bon? Y’avait toujours un mystérieux commis du magasin qui détenait tout le savoir cinématographique possible et imaginable qui l’avait vu et pouvait t’en faire la critique.

J’exagère, tu diras. « C’est ben mieux! Tu peux maintenant écouter des milliers de films, sans même avoir à sortir de chez toi! » Peut-être, mais je m’ennuie des soirées passées en famille au club vidéo juste pour choisir un (ou 5) film à louer pour le weekend! Je m’ennuie de faire un choix à l’aveugle, simplement basé sur la pochette (même si bien des fois, la pochette était 100 fois meilleure que le film en tant que tel)! Je m’ennuie des découvertes que tu pouvais faire dans les allées les moins fréquentées, tsé celles qui abritaient les boîtiers un peu plus poussiéreux… Aussi beaux et pratiques que soient les substituts technologiques, ils ne pourront jamais totalement remplacer ce que le bon vieux club vidéo représentait.

RIP clubs vidéo de mon cœur! Merci pour tout, mes braves!

 

Publicités

2 réflexions sur “Ode aux clubs vidéo – Par Vanessa

  1. Catherine Legault-Giguere dit :

    Je m’en souviens si bien ! Les machines à bonbons à 25 cents , les cendriers avec du sable dedant aux bouts des allées avec des mégots et des vieilles gommes dedant , le film du jour qui jouait sur le petit écran au plafond , la rangée de films pour enfants adjacent la rangée comédie et quand je louais des dizaines de fois de suite le même film comme l’Attrape Parent ou Spice World . Merci pour ces effluves nostalgiques le temps de ma lecture xxxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s